2020, année terrible

Pour tous, l’année 2020 a été marquée par la crise de Covid, avec ces deux confinements qui semblaient ne plus finir, la crainte de la contamination et de conséquences, parfois fatales, de la maladie.

 

Certes, nous avons appris à porter un masque, après en avoir tant cherché, Emma a appris à étudier à la maison (ça lui a d’ailleurs bien réussi lors du 1er confinement) et Anne s’est installée un bureau sur la table en verre de la salle à manger, pestant contre les aléas de la connexion Internet (l’investissement dans les services n’est pas le fort de l’Allemagne, dogme de l’équilibre budgétaire oblige).

 

Mais nous avons, à Zierolshofen, subi un confinement « light », pas de masque quand on se déplace dans le village, juste pour le supermarché – dans le village voisin – et chez le boucher. Les déplacements n’étaient pas limités en distance et la forêt toujours accessible. Notre maison est suffisamment grande pour ne pas se gêner les uns les autres et nous n’avons plus d’enfant en bas âge.

 

Un gros avantage, des économies de transport …

 

Passé la fin du 1erconfinement, j’ai repris les ballades photos dans la plaine du Rhin et dans la Forêt Noire. Nous sommes allé – en juillet – à l’Ile aux Moines, charmant coin du Golfe du Morbihan.

 

Strasbourg

Voeklinger Huette

Vöklinger Hütte est une ancienne usine sidérurgique, abandonnée dans les année 1970, située en Sarre, à deux pas de la frontière française. Elle a eu son heure de gloire pendant la première guerre mondial, participant à l'effort de guerre et au développement de la puissance sidérurgique de l'Allemagne. Les dirigeants ont été ensuite très mouillés avec le régime Nazi, au point de faire travailler des prisonniers de guerre (surtout Russes et Ukrainiens) dans des conditions horribles, au mépris des conventions internationales. Elle a progressivement décliné dans les années 1970 jusqu'à l'arrêt.
Elle a alors été inscrite au Patrimoine de l'Humanité de l'UNESCO comme exemple de la révolution sidérurgique.
Il s'agit d'un énorme complexe que l'on visite à force d'escaliers en fer et de salles de hauts fournaux et de transport du minerai jusqu'aux produits finis.

Forêt Noire

La Forêt Noire, c'est notre montagne proche, celle que nous voyons tous les jours, qu'elle soit couverte ou dégagée, lever ou coucher de soleil, paysage de neige ou panoramas avec vue sur les Vosges.

Cimetière juif de Marmoutier

 

Je l’aime bien, ce petit cimetière … Il est situé en pleine forêt, à petite distance des dernières maisons de Marmoutier, village à l’Ouest de Strasbourg, proche de Saverne. Cette vallée était, du XVIIème siècle aux années 1930 la résidence de nombreuses familles juives dans ce qui a été l’Alsace, française, puis allemande, puis de nouveau française. La dépopulation des familles juives ashkénazes (càd. originaires du Centre de l’Europe) était déjà forte au début du XXème siècle. Elle s’est bien entendue accentuée avec la Shoah.
Bref, ce petit carré comprend des tombes qui vont de 1675 aux années 1920, d’où leur état actuel. Cela donne un aspect suranné à cette verdure, qu’accentue le soleil d’hiver. On y observe des différences sociales avec une rangée de tombes bien droites et alignée et une autre rangée de tombes où les pierres sont plus simples, mais moins résistantes au ravages du temps.
Le tout dans une grande sérénité.

 

Réserve animalière de SILZ (Rhénanie-Palatinat)





















La réserve animalière de Silz (Rhénanie-Palatinat se trouve à une trentaine de kilomètres de Wissembourg, ville située sur la frontière Nord de l'Alsace, à proximité de la région viticole du Palatinat.

 

La réserve est consacrée exclusivement aux animaux d’Europe. On y trouve de nombreux animaux de la ferme, puis un enclos avec des bisons d’Europe, bien paisibles. Il y a aussi deux enclos, plus larges, avec des loups d’Europe et des loups blancs de Sibérie. Mais le clou du parc, ce sont un troupeau des daims, une cinquantaine, qui sont en quasi-liberté et parmi lesquels on se promène – ils sont peu sauvages et plus loin dans la forêt, dans une grande vallée, un important troupeau de cerfs et de biches, une bonne centaine, voire plus. Ils sont un peu plus sauvages, mais, avec un bon téléobjectif, on peut y assister au brâme du cerf, à l’automne.