le Soudan et les pyramides de Meroë

Meroë, capitale de l'Empire Nubien
Meroë, capitale de l'Empire Nubien

Meroë est une cité antique de Nubie, capitale d'un royaume tardif dans l'histoire égyptienne. Elle est connue pour ses nécropoles pyramides à forte pente, relativement bien conservées.

Les pyramides de Meroë sont les tombeaux des rois/pharaons du Royaume de Kouch.

 

Un Etat indépendant de sa puissante voisine Egypte s'était développé de -2500 à - 1500 dans la zone de l'actuel Soudan. Sa capitale était Kerma. Après une phase de conquète, Kerma fut vaincue et la Nubie intégrée pendant cinq siècles au territoire égyptien. Il faut attendre le VIIIème siècle avant JC pour voir un nouveau pouvoir royal indépendant émerger en Nubie, autour de la nouvelle capital Napata. Cette période est notamment restée célèbre en raison d'une courte domination de l'Egypte au cours de la XXVème dynastie. Défaits par les Assyriens, les Nubiens refluèrent ensuite vers le Sud, la capitale se déplaçant à Meroë au Vème siècle avant J-C.

la cité de Meroë
la cité de Meroë

La Cité, située en aval de la sixième cataracte du Nil, en Nubie, donne son nom à une brillante civilisation qui se développe depuis la première cataracte jusqu'au confluent des deux Nils (emplacement actuel de Khartoum) et sans doute plus au Sud, entre le IVème siècle av. J-C. et le IVème siècle ap. J-C. Influencée par ses voisins, surtout l'Egypte lagide des Ptolémées, puis romaine, mais aussi par le Proche-Orient et la Perse, elle connaît un âge d'or au 1er siècle avant notre ère. la nécropole royale fut découverte en 1822 par les explorateurs français Caillaud et Letorzec.

 

Le site de Meroë
Le site de Meroë

Le site de Meroë est très étendu et les fouilles n'ont qu'à peine effleuré les vestiges. de nombreux sanctuaires ont été dégagés à l'extérieur d la ville et environ deux cents pyramides sont recensées dans les trois nécropoles.

Loin vers l'Est, fermant cette immense plaine, les pyramides royales, au sommet de deux petites collines ensablées étaient intactes avant qu'un italien, médecin militaire de l'armée de Mehemet Ali ne découvre un trésor dans la tombe de la reine Amanishakhéto en se servant des dessins et de plans de Caillaud. Il ordonna le démantellement de la pyramide, la transformant en un tas de pierres et fit raser les sommets de autres pyramides.

Carte du Soudan au Nord de Khartoum
Carte du Soudan au Nord de Khartoum

NAQA, temples d'Amon-Ré et d'Apedemak (temple des lions)

NAQA temple d'Amon-Ré
NAQA temple d'Amon-Ré

Naqa est un lieu éloigné dans le désert et constitué de deux temples datant de la période meroïtique (IVème av - IVème après J-C.). Elle se situe apparemment sur le site d'une anienne agglomération qui serait le plus important centre de civilisation en Afrique Noire.

Deux temples principaux à quelques mètres de distance, celui d'Amon-Ré, dieu égyptien et celui d'Apedemak, dieu local à tête de lion, intégré au panthéon égyptien.

Temple d'Amon-Ré

Allée processionnaire du Temple
Allée processionnaire du Temple

Le temple d'Amon-Ré de Naqa a té construit par le roi Natakamani et fait environ 100 m de long. Il contient plusieurs statues de son créateur et est organisé comme le temple de Karnak, en Egypte. Il s'ouvre par une salle hypostyle qui contient le sanctuaire intérieur (ou Naos). Les murs et l'entrée du temple sont décorés de motifs en relief.

Temple d'Apedemak ou temple des lions

NAQA temple d'Apedemak
NAQA temple d'Apedemak

A l'Ouest du temple d'Amon se situe le temple d'Apedemak. Apedemak est un dieu guerrier à tête de lion honoré en Nubie. Il était consacré comme gardien sacré des chefs héréditaires, princes ou rois. Quiconque touchait la tombe du chef encourait la colère d'Apedemak.

Juste à côté du temple il y a une jolie construction d'aspect nettement romaine, un péristyle qui a dû servir d'entrée dans le temple.

Musawwarat Es-Sufra, lieu magique

Musawwarat, Palais Royal
Musawwarat, Palais Royal

A quelques kilomètres an Nord-Est de Naqa, Musawwarat Es-Sufra est un lieu magique. Une grande plaine d'épineux fermée par un cirque de montagnes met en valeur ce lieu d'une grande beauté. Son originalité est essentiellement liée à la civilisation méroïtique.

A cette époque, le site est à la fois un lieu de commerce de défeses d'éléphant et un site de pélerinage pour les populations de la vallée du Nil. On y adorait des puissances divines telles qu'un dieu éléphant.

Résidence royale, les noces sacrées du Roi et de la Reine y étaient célébrées.

Le temple d'Apedemak, dieu de la Guerre et probablement de la Paix (la divinité offre et brandit parfois une tige végétale) précède de deux siècles celui de Naqa et fut probablement construit à la fin du IIIème siècle av J-C.